Techniques de Nettoyages et de Purifications

Maintenant, nous devons considérer encore un autre niveau d’auto-guérison. Que faire si vous n’avez pas saisi l’opportunité de développer votre conscience, de modifier la cause, ou d’appliquer des qualités opposées pour rétablir l’équilibre, et que vous êtes tombé malade? Que faire maintenant?
Le principe des contraires est presque universellement valable et utile à n’importe quel stade de la maladie. Mais une fois que la maladie a commencé à se développer, ce ne sera pas suffisant. À ce stade, il devient nécessaire d’utiliser des techniques pour nettoyer et purifier votre corps de doshas en excès et les toxines accumulées.

Comme nous l’avons vu, lorsque les doshas sont aggravés par une mauvaise alimentation, un mode de vie malsain, des émotions négatives ou d’autres facteurs, ils affectent d’abord agni (le feu biologique du corps qui régit la digestion et l’assimilation). Quand agni devient affaibli ou dérangé, la nourriture n’est pas digérée correctement. Les particules alimentaires non digérées et non absorbées s’accumulent dans le tractus gastro-intestinal et se transforment en substance toxique et collante appelée ama. Dans le troisième stade («propagation») du processus de la maladie, ama bouche les intestins, déborde par d’autres canaux corporels tels que les vaisseaux sanguins, et infiltre les tissus corporels, provoquant la maladie.

Ama est donc la cause première de la maladie. La présence d’ama dans le système peut être ressentie comme une fatigue ou une sensation de lourdeur. Il peut induire la constipation, l’indigestion, les gaz et la diarrhée, ou il peut générer une mauvaise haleine, un mauvais goût dans la bouche, une raideur dans le corps ou une confusion mentale. Ama peut être facilement détecté comme un revêtement épais sur la langue.
Selon l’Ayurveda, la maladie est en réalité une crise d’ama, dans laquelle le corps cherche à éliminer la toxicité accumulée. Ainsi, la clé de la prévention des maladies – une fois que l’ama a commencé à se développer – est d’aider le corps à éliminer les toxines.
Pour supprimer ama du système, l’ Ayurveda emploie de nombreux programmes de nettoyage interne. L’un d’entre eux, le plus connu en Occident, est un programme de cinq procédures appelé panchakarma («cinq actions»). Les programmes de panchakarma utilisés dans les centres de traitement ayurvédique comprennent des méthodes de pré-épuration pour préparer le corps à lâcher les toxines, suivies par les méthodes de purification elles-mêmes.

La première étape préparatoire est l’oléation interne. Le patient est invité à boire une petite quantité de ghee (beurre clarifié) chaque jour pendant plusieurs jours. Le ghee crée un film mince dans les canaux du corps qui les lubrifie, permettant à l’ama logé dans les tissus conjonctifs profonds de se déplacer librement, sans coller aux canaux, au tractus gastro-intestinal pour l’élimination. L’oléation interne est faite pendant trois à cinq jours ou même plus longtemps, selon les circonstances individuelles.
Ceci est suivi d’une oléation externe sous forme de massage à l’huile (snehana) et de sudation (swedana). L’huile est appliquée sur tout le corps avec un type particulier de massage qui aide les toxines à se déplacer vers le tractus gastro-intestinal. Le massage adoucit aussi les tissus superficiels et profonds, aidant à soulager le stress et à nourrir le système nerveux. Ensuite, on donne à l’individu un bain de vapeur qui libère davantage les toxines et augmente leur mouvement vers le tractus gastro-intestinal.
Après trois à sept jours de ces procédures, les doshas seront bien «mûrs». À ce stade, le médecin déterminera si le patient est prêt à éliminer les doshas aggravés et ama accumulé. L’un des cinq karmas ou actions est sélectionné comme la route la plus rapide pour éliminer les doshas en excès. Ces procédures peuvent inclure:

Vomissements thérapeutiques (vamana) pour éliminer les toxines et l’excès de kapha de l’estomac;

• Une purgation ou un traitement laxatif (virechana) pour aider à éliminer l’ama et l’excès de pitta de l’intestin grêle, du côlon, des reins, de l’estomac, du foie et de la rate; le Haritaki est totalement recommandé pour cette action.

• Un traitement par lavement médicamenteux (basti) pour aider à éliminer l’excès de vata du côlon. Vata aggravé est l’un des principaux facteurs étiologiques dans la manifestation des maladies. Si nous pouvons contrôler Vata grâce à l’utilisation de bastis, nous avons fait un long chemin vers l’élimination de la cause de la grande majorité des maladies.

• Nasya ou administration nasale de médicaments, dans laquelle des poudres sèches à base de plantes ou des huiles telles que le ghee sont insérées dans le nez pour aider à éliminer les doshas accumulés dans la tête, les sinus et la gorge et pour éclaircir la respiration.

• Rakta moksha, purification du sang, traditionnellement pratiquée de deux manières. La saignée, dans laquelle une petite quantité de sang est extraite d’une veine, est une méthode, bien qu’elle soit illégale dans certains pays et n’est donc pas recommandée ici. La deuxième façon est de nettoyer le sang en utilisant des herbes purifiantes comme la bardane, ou le Margousier (autrement appelé Neem) qui est la plus efficace.

Le Panchakarma n’est pas la seule méthode utilisée par l’Ayurveda pour enlever l’ama du corps. Selon la force de l’individu et la gravité de la maladie, une ou deux principales approches seront utilisées. Si la personne est faible et que la maladie est forte, la méthode préférée est la palliation et la pacification (shamanam), qui neutralise l’ama par des méthodes plus douces de purification, y compris les herbes. Si le patient a plus de force et d’énergie et que la maladie n’est pas si compliquée ou sérieuse, alors le panchakarma est approprié.

NOTE IMPORTANTE: Le Panchakarma est une procédure spéciale et puissante qui nécessite des conseils d’un personnel médical correctement formé, pas seulement quelqu’un avec une expérience modeste de pratique ayurvédique. Il est effectué spécifiquement pour chaque personne, en fonction de sa propre constitution et de son état de santé, et il nécessite une observation et une supervision étroites à chaque étape, y compris un suivi post-panchakarma.

2018-06-11T13:45:15+00:00